Souha Sabbagh

Grandeurs et misères de la décentralisation de l’intelligence d’affaires
linkedin-icon

Biographie

Souha Sabbagh a toujours œuvré dans le domaine des données : elle est passionnée par ce sujet qui ne cesse d’évoluer. À la suite de la complétion de son baccalauréat en génie informatique, elle a acquis huit ans d’expérience chez Bell Canada.

En 2012, elle a commencé à travailler chez Vidéotron pour faire évoluer l’intelligence d’affaires ainsi que la gestion des données et avait pour mandat la mise en place d’un programme ayant pour objectif la livraison de solutions analytiques des différents secteurs pour finalement diriger l’équipe analytique au marketing. Depuis 2016, elle a activement participé à la mise en place d’une gouvernance des données corporative, qu’elle dirige encore aujourd’hui.  Depuis 2018, elle dirige le Centre d’expertise analytique œuvrant à accélérer les compétences analytiques et mégadonnées des différentes équipes opérationnelles de l’intelligence d’affaires.

 

Grandeurs et misères de la décentralisation de l’intelligence d’affaires

Panéliste

Il y a encore peu de temps, l’avenir semblait appartenir aux centres d’excellence en analytique, où la production d’intelligence d’affaires était centralisée et contrôlée par une équipe d’élite au service de toute l’organisation. On assiste cependant aujourd’hui à une démocratisation dans ce domaine : on encourage les professionnels à s’approprier, dans les opérations, les outils de compte rendu et à générer eux-mêmes l’intelligence d’affaires de leur secteur. Entre centralisation et décentralisation, quel modèle choisir? Dans quel contexte? Quelles sont les circonstances opportunes et les risques liés aux deux modèles? Y a-t-il un point d’équilibre optimal à atteindre ? S’il y en a un, quel serait-il?