7
Mar

Le défi de l’avenir : comment une banque peut-elle tirer profit de l’IA ?

Les banques n’ont pas le choix de changer. Les clients au guichet sont de moins en moins nombreux et les attentes en matière de performance sont de plus en plus élevées. N’adhérant pas au pessimisme de cette vision du monde bancaire, un conférencier de Datavore y voit surtout un vaste potentiel.

Pour David Furlong, Chief AI Officer de la Banque Nationale du Canada, les tendances qui animent le secteur bancaire sont autant d’opportunités que de défis. Parler d’analytique avec cet état d’esprit ouvre la porte à discuter du futur de l’industrie. Et si l’intelligence artificielle fait sa place dans nos vies, elle est déjà bien présente dans le monde financier et bancaire.

Nos parents et nos grands-parents ont connu, eux aussi, des révolutions dans le monde des banques. L’arrivée des services téléphoniques, l’implantation du premier réseau de guichets (OSCAR cela vous dit quelque chose ?), les succursales ouvertes le samedi et le paiement par téléphone font déjà figure de technologie ancienne.

L’intégration de ces améliorations a cependant ouvert la porte à la génération de données, inspirant ainsi de nouvelles opportunités. Une plus grande quantité de données permet de générer plus d’informations et d’intelligence d’affaires en matière d’expérience client, ou tout simplement d’offrir de nouvelles expériences, plus proches des besoins de la clientèle.

Pour la banque, l’intelligence artificielle permet aussi de mieux identifier les risques et surtout, de diminuer les impacts. Après tout, une meilleure performance financière permet de conserver et d’acquérir des clients. Tout comme l’amélioration des opérations, alors qu’elles sont de plus en plus numériques, la numérisation des transactions permet d’optimiser ces dernières et de diminuer les coûts. C’est un véritable changement de paradigme qui s’opère. Les banques ont donc l’occasion de se réinventer et d’en faire profiter clients et actionnaires.

Le 20 mars prochain, à l’occasion de la nouvelle édition de Datavore, parions que David Furlong saura nous donner un avant-goût de ce qui se prépare.

Partager ce contenu

Facebooktwitterlinkedinmail